Réseau social aternatif cover

Réseau social alternatif : état des lieux

Classé dans : Articles | 4

 

Interpellé par tout le remue-ménage Prism, je me suis intéressé aux moyens d’échapper à ce vaste programme de surveillance, soucieux de protéger mes données personnelles et ma vie privée au moyen de l’excellent site Prism-Break proposant des logiciels libres (ne pas confondre avec un open source).

PRISM logo (PNG)Bien que les alternatives aux différents logiciels propriétaires refourgant nos infos à la NSA semblent nombreuses, leur stabilité, viabilité et surtout facilité d’utilisation restent vagues, ce qui n’est pas véritablement embêtant pour certains types de logiciels, mais problématique dans le cas des réseaux sociaux:
Si vous faites le choix d’essayer un navigateur web, vous pouvez le faire immédiatement, voir ce que ça donne, en changer dans un mois si le cœur vous en dit: cela n’engage que vous. Dans le cas d’un réseau social, le lien avec vos contacts et le temps que prend la mise en place de votre réseau oblige une certaine stabilité, ainsi que l’assurance de pouvoir retrouver vos contacts.

 

Le réseau social libre: un choix difficile

 

https://i2.wp.com/didoune.fr/blog/wp-content/uploads/2012/06/carte-reseau-social.png?resize=531%2C374Il est assez surprenant de voir le nombre de réseaux différents proposés sur Prism-Break. Certes, n’en sélectionner qu’un serait arbitraire, néanmoins dix ça commence à faire beaucoup. Une des forces de Facebook est son aspect universel: peu de gens aujourd’hui y sont encore hermétique, et il est ainsi possible d’y commmuniquer avec un très large réseau de connaissances. Si la communauté du libre n’est pas fichue de se ranger massivement derrière une tête d’affiche, l’aspect “réseau social” n’est pas près de s’y développer. Bon, après tout, c’est toujours souvent des boxons du genre sur les secteurs qui débutent, faut laisser le temps à l’un d’écraser tous les autres. Qu’à cela ne tienne, partons dans le testage des différents sites proposés, dans l’espoir utopique de m’échapper de Facebook.

Ah oui, avant tout : pourquoi? Faut pas croire qu’il n’y a que PRISM en jeu concernant Facebook. Le lien précédent présente un article certes un peu long mais très complet et intéressant sur ce site, les réseaux sociaux et les libertés sur Internet. Les lecteurs endurants seront récompensés du “lien magique” qui permet de supprimer définitivement son compte Facebook.

 

Première impression

 

movimPhttps://i1.wp.com/static.booska-p.com/images/clips/sat-teaser-diaspora-normal.jpg?resize=100%2C100armi les logiciels proposés, les différences sont légères : basés sur (ou ayant inspiré) le fonctionnement de Facebook, Google+, Twitter, et quelques autres “grands” réseaux sociaux, ils permettent de se créer un profil personnalisable, d’ajouter des contacts à ranger dans des petites boites, de poster des inepties et d’aller lire celles des autres. Pour les utilisateurs les plus citoyens, il est également possible de garnir ses messages de thèmes politiques, religieux, écologiques et/ou économiques et de s’imaginer qu’on va ainsi contribuer à sauver le monde. Le fonctionnement est donc simple et déjà acquis par l’utilisateur, néanmoins les fonctionnalités sont limitées: pas d’album photo ou d’événements par exemple. Déjà plus gênant. Parce que bon, je peux bien faire ce sacrifice en attendant qu’ils implantent cette fonctionnalité, c’est pour la bonne cause. Mais c’est pas le cas de Tata Monique. Tata Monique, ce qu’elle veut, c’est pouvoir mettre les photos de son dernier séjour à Tréouls-les-prés, et si c’est pas possible bah ça l’intéresse pas. Et comme ça l’intéresse pas non plus de savoir que Facebook l’utilise tel un humain dans Matrix, ben Tata Monique elle reste sur Facebook, tout comme les 692 autres utilisateurs de sa liste de contact, qui ne voient absolument pas l’intérêt de Diaspora*, Movim ou Buddycloud.

 

Libre et décentralisé, ou comment faire fuir ses contacts

 

Bon, soyons fous et admettons que Tata Monique et ses contacts, on en a pas besoin. Après tout, ses photos étaient totalement inintéressantes et j’ai plein d’amis cultivés prêts à poster des liens et des articles tout ce qu’il y a de plus aguichants. Et me concernant, je ne poste aucune photo hors profil sur Facebook, ne voulant point les laisser jouir de tous les droits sur des images de moi et mes amis. Il suffit donc de choisir un réseau social libre – si possible le plus répandu – de m’y installer et de rameuter le plus contacts possible dessus. Facile. Ou pas.

Parce que ces réseaux se basent tous sur le système de décentralisation des données: au lieu de passer par un serveur unique qui stocke toutes les données de tout le monde (ex: le serveur Facebook), l’accès passe par une multitude de petits serveur appelés “pod”, généreusement fournis par des membres de la communauté. Pour s’incrire et accéder au service, il faut donc tout d’abord choisir un pod parmi ceux ouverts au public, autrement dit le serveur privé d’un illustre inconnu. Autrement dit, il faut stocker ses données sur un serveur tenu par on-sait-pas-qui pour qu’il en fasse on-sait-pas-quoi. Autrement dit, autant les stocker sur celui de Facebook, au moins on sait qui les a et ce qu’il en fait.

https://i2.wp.com/doc.ubuntu-fr.org/_media/reseau/reseau_social.png?resize=296%2C222Bien entendu, il est difficile d’ imaginer que les personnes intéressées par ces logiciels et fournissant les serveurs soient malveillantes. Pour l’instant. En imaginant qu’un tel système se développe à très grande échelle, proposer un serveur public pour récupérer et revendre des données parait être un gagne-pain assez alléchant.

Il est également possible (et bien entendu conseillé) de créer son propre serveur, à l’aide d’un vieux PC inusité par exemple. Cela permet ainsi de rester maître de ses données, et en prime d’héberger tous les keupins qui n’ont pas les moyens de créer leur serveur, qui sauront ainsi leurs infos en sécurité. Le seul problème, c’est que quand on ne peut ni créer son serveur, ni être hébergé sur celui d’une personne de confiance, autant rester sur Facebook. Et comme c’est le cas de 90% de mes contacts, je risque de me sentir seul sur Diaspora*, Movim ou Buddycloud. Et quand bien même je créerais mon pod et proposerais à mes amis de les héberger, je n’ose imaginer le boxon pour les motiver à passer par les sites en anglais et les listes de pod (j’entend déjà les “non mais laisse tomber j’y comprend rien”), m’obligeant ainsi à devoir prémâcher le travail et guider individuellement chaque autiste du PC garnissant ma liste de contact, parce que bon, le point de croix est un loisir bien plus important que l’informatique quand on se sert tous les jours d’un ordinateur et il faut respecter ça. Sachant que rien que d’y penser j’en ai des boutons, autant éliminer directement cette éventualité. En gros, la décentralisation, c’est ptet un excellent concept, mais ça mérite encore un peu de prémachâge avant d’être vomi dans la gorge du grand public.

 

Des bons plans malgré tout

 

Bon, voilà pour le râlage. Passons aux trucs cools maintenant.

https://i0.wp.com/friendica.com/f-intro.jpg?resize=286%2C229Pour commencer, un logiciel sort du lot questions fonctionnalités: Friendica. Celui-ci intègre non seulement albums photo et évènements, mais également l’import des comptes Facebook, Twitter, Tumblr et d’autres, permettant un accès simple aux contacts (redirection vers le site concerné) et à leurs publications (publiques, il me semble; à vérifier) qui apparaissent dans le flux d’infos principal. On s’y sent tout de suite un peu moins seul. Il est également possible de relier ses comptes (un post sur Friendica postera la même chose sur Facebook), bref, le logiciel est bien conçu et riche en fonctionnalités que je n’ai pour l’instant fait que survoler.

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c1/Retrosharelogo2.pngEnsuite, un logiciel P2P (peer-to-peer) particulièrement intéressant: Retroshare. Plus axé sur le partage que sur le réseau social (comme son nom l’indique, me direz-vous), il propose un échange de fichiers (musique, vidéos, texte, logiciels…) avec sa liste d’amis, à la manière d’un eMule, mais via une connexion totalement sécurisée. Un système de chaine et de flux permet d’y trouver un petit aspect “réseau social”, et il intègre chat (vocal possible), forums, boite mail. Son principal défaut est le manque de contrôle des fichiers: pour diffuser les photos de vos dernières vacances à Saint-Coin-Coin-les-Galinettes, vous devez permettre à vos amis de les télécharger, ce qui permettra à leurs amis de les télécharger, ce qui permettra à leurs amis de les télécharger…etc. Ce fonctionnement est modifiable, mais encore installé par défaut. Quelques autres points sont encore à parfaire, mais, coup de bol, c’est précisément leur axe de développement, ce qui fera du logiciel le parfait Facebook alternatif quand tout sera fini. Il est donc intéressant de commencer à l’utiliser dès maintenant. De plus, si sa population augmente, le nombre de développeurs prêts à investir de leur temps pour concevoir les aspects manquants du logiciel augmenteront aussi.

https://i2.wp.com/citizenpost.fr/wp-content/uploads/2013/08/change-book-620x320.jpg?resize=242%2C124Pour finir, un Facebook-like, pas décentralisé mais géré par une communauté éthique et responsable: Changebook. Sa ressemblance frappante avec le géant bleu le présente comme le réseau social alternatif le plus indiqué pour sortir de celui-ci. Néanmoins, la forte implication idéologico-politique de ses membres, ainsi que quelques histoires de censures récoltées sur le net m’ont directement dissuadé d’y créer un compte.

 

 

 

 

 

Voilà donc pour le “bref” état des lieux. Difficile (impossible?) d’être exhaustif et totalement objectif, mais il semblerait qu’en matière de réseaux sociaux alternatif, le libre ne soit pas tout à fait à la page, et nécessite encore quelques années (mois pour les plus optimistes) de macération pour être totalement opérationnel. Après tout, ce qu’on y recherche, c’est d’abord un bon réseau social, et ensuite de la sécurité/liberté.

4 Responses

  1. Étienne

    Woaw article trop bien ! J’ai recherché “réseau social alternatif” sur google, et ça a efficacement répondu à ma question !
    Merci beaucoup !
    PS : juste, le lien vers Retroshare est HS …

    • Matt Marcha

      Merci !
      L’article date quand même un peu et maintenant il mériterait une bonne grosse mise à jour… j’ai laissé tombé Friendica et Red est devenu HubZilla (mais ça ne m’a pas trop convaincu au premier abord). Movim poursuit son petit bout de chemin et devient vraiment sympa.
      Pour ma part, je suis plutôt sur Diaspora (via Framasphère le temps de l’installer sur mon Yunohost) qui est plus adapté à ma situation vu que je n’ai aucun contact sur ce genre de réseau.
      Sinon Retroshare est toujours en développement (merci pour le lien, mais c’est pas le seul truc mort dans cet article je crois :p ) mais il implique encore une fois d’avoir du monde avec qui le tester…

    • Aveias

      Globalement ma conclusion c’est que ces solutions (Movim, Diaspora*…) ne sont pas encore adaptées au grand public, et que sans des contacts issus du grand public, un réseau social n’a aucun intérêt. En gros, y a pas encore de réseau social alternatif idéal à mes yeux. Après le but de l’article était pas tant d’en trouver un, surtout de voir ce qu’il était proposé actuellement en matière d’alternative à Facebook.

      Friendica a plus retenu mon attention pour sa compatibilité avec Facebook et ses nombreuses fonctionnalités. Il permet du coup de sortir (un peu) des serveurs FB sans perdre 99% de ses contacts et donc la majorité des interactions sociales possibles. Je l’utilise depuis un petit moment et je le trouve pas si mal, même si je suis assez déçu de quelques services comme les évènements, qui ne sont au final pas si « sociaux » que ça. Par contre c’est vrai que le design est pas idéal, et surtout que la prise en main est loin d’être triviale. J’en attends pas mal de Red, leur nouveau bébé, j’ai hâte de voir ce qu’il est capable de faire et si il sera capable d’attirer un public plus large par son côté innovant.

      Diaspora*, Movim, Buddycloud, j’ai a peine testé. Principalement parce qu’ils impliquent encore de se couper de ses contacts Facebook. Je ne m’attends pas à pouvoir trouver/faire migrer tous mes contacts, mais faut que ça soit suffisamment accessible pour en attirer une bonne partie, ce que j’estime ne pas être encore le cas. Parmi les trois je me rangerais plus du côté de Movim, déjà pour leur utilisation géniale du XMPP. Puis parce qu’il est développé dans un sens qui me plait, a une interface attirante et intègre au fur et à mesure des fonctionnalités excellentes. Il leur faut juste un peu de temps, mais j’ai bon espoir.
      Faut que je me renseigne plus sur Diaspora* mais ce que j’ai lu me fait penser que le projet s’éteint doucement.

      GNUSocial j’en ai que très peu entendu parler, je peux pas vraiment me prononcer.

Laisse parler tes doigts